Impulsions

Discussions sur les soins de santé et la technologie

Tous les articles

Des soins de santé proactifs grâce au partage des informations médicales

Informations médicalesAméliorer les soins de santé tout en en diminuant les coûts semble paradoxal, mais c’est pourtant loin d’être une utopie. Pour y parvenir, l’échange d'informations entre les systèmes médicaux et les organisations, et l’analyse de ces données doivent être sérieusement améliorés.

Les personnes âgées ont beaucoup plus recours aux établissements médicaux que les plus jeunes. En Belgique, par exemple, les personnes âgées de plus de 60 ans représentent 23 % de la population, mais contribuent à hauteur de 55 % à l’ensemble des frais médicaux. En raison du vieillissement de la population, l’on s’attend dès lors à ce qu'à défaut d’un changement de politique, les frais médicaux continuent d’augmenter de manière incontrôlable. Un phénomène qui survient dans tous les pays du monde.

Le parcours de validation des nouveaux médicaments est un deuxième facteur important qui contribue à l’augmentation des frais de soins de santé. Ce parcours prend actuellement trop de temps car la phase de test clinique doit se faire avec un nombre de groupes de patients toujours plus grand. Trouver les patients adéquats et recueillir, traiter et interpréter les données exige de ce fait beaucoup de temps. Et étant donné que la durée de vie du brevet d’un nouveau médicament est limitée à 20 ans, le temps nécessaire à sa validation est déduit du temps dont disposent les entreprises pharmaceutiques pour rentabiliser leur investissement. C’est pourquoi les médicaments sont plus chers qu'ils ne le devraient.

Que faire de toutes ces données ?

Dans pratiquement tous les cas, il est inutile de collecter davantage de données afin de résoudre les problèmes décrits plus haut. Il y a suffisamment de données médicales enregistrées. Au cours de leur vie, les gens peuvent être confrontés à des médecins de famille, des spécialistes, un hôpital, un physiothérapeute, des organismes débiteurs, etc. Tous ces organismes collectent des données et les enregistrent dans leurs propres systèmes. Le problème n’est donc pas la quantité de données médicales, mais leur « compartimentage ». En d’autres termes, une mine d’informations n'attend qu'à être mise à profit afin de rendre les soins de santé plus effectifs, plus efficients et, partant,  moins chers.

Reste à savoir comment procéder. Le mot magique est « échange de données ». Si tous les systèmes médicaux et les systèmes d’autres parties impliquées dans les soins de santé sont en mesure d’échanger rapidement et efficacement des données, une étape très importante est alors franchie vers des soins de santé plus efficients. Et si les données médicales échangées peuvent ensuite être interprétées rapidement et correctement par ces systèmes, constituant ainsi une source d’informations pour le processus décisionnel, ce « trésor enfoui » d’informations médicales devient alors accessible à toutes les parties prenantes. L’on passe ainsi d’une approche réactive à une approche proactive en matière de soins de santé.

Inverser sa façon de penser

Bien qu’à l’heure actuelle, les gens partagent leurs moindres faits et gestes sur les réseaux sociaux tels que Twitter, Instagram et Facebook, nous sommes encore très frileux quant au partager des données médicales entres établissements. Toutefois, comme indiqué précédemment, nous devrions faire exactement l’inverse si nous voulons rendre les soins de santé plus efficients et efficaces. Nous devons donc revoir la manière dont nous envisageons l’échange des données médicales. Le défi consiste en outre à convaincre les gens que l’échange d’informations médicales peut non seulement se faire dans le respect de la vie privée, mais peut également mener à des économies en matière de soins de santé.

Heureusement, il existe dans la pratique des preuves irréfutables que l’échange de données électroniques en matière de soins de santé peut mener à de beaux résultats. Il y a sept ans, le gouvernement belge souhaita coordonner et encourager l’échange électronique de données dans le secteur médical en particulier. À cette fin, une nouvelle institution publique vit le jour : eHealth  La logique d’eHealh suivait dans les grandes lignes celle de la Banque carrefour. Cette autre institution belge parvint avec la bonne dose de technologie de la communication et de l’information à rendre la sécurité sociale en Belgique bien plus efficiente et efficace. Son succès fut tel qu’en 2006, les Nations Unies qualifièrent la Banque carrefour d'une des meilleures initiatives au monde dans le domaine.

Une combinaison unique

HealthShare est un autre exemple de système couronné de succès en matière d’échange de données. Ce n’est pas tant un système, mais une plate-forme reposant sur une combinaison unique de technologies. Cette combinaison permet au monde médical de gérer une grande quantité de données personnelles structurées et non structurées, d’y accéder, de les partager et de les transformer au moyen d’une sélection et d’une analyse en de l’information permettant de prendre des décisions. InterSystems HealthShare est la plateforme sur laquelle se base Coordinate my Care pour le partage des données médicales.

 

La technologie est-elle la seule réponse à l'augmentation sans cesse croissante des coûts de soins de santé ? N’hésitez pas à réagir à cette question ci-après. Vous pouvez également télécharger le livret blanc ci-dessous :

Exploration de textes pour l'extension du décisionnel

 

THÈMES: e-Santé, Healthshare, Informations médicales

David Majster
David Majster
David Majster a été directeur marketing chez InterSystems Benelux entre 2003 et 2018. Il a combiné son enthousiasme pour les technologies TI avec une approche pragmatique. David est connu pour son bon sens de l'humour et son ingéniosité. Après plus de 40 ans d'expérience au sein d'entreprises informatiques internationales en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France, il profite aujourd'hui d'une retraite bien méritée.

 


Laissez un commentaire

Vous aimerez peut-être:

L’Intelligence artificielle au service de la Supply Chain: le dimensionnement des stocks de sécurité avant la prévision de la demande

À l’occasion de la huitième édition du salon Supply Chain Event qui se déroulera les 3 et 4 décembre 2019...
Adeline Icard 14/10/2019

Comment implémenter la maintenance prédictive ? [Feuille de route]

Dans notre blog précédent sur la maintenance prédictive, nous parlions surtout du « Pourquoi ». Mais où c...
Adeline Icard 04/09/2019

Soins personnalisés pour un groupe de population : c'est possible !

Fournir de bons soins à tout un groupe de la population : cela semble difficile à combiner avec des soins...
Adeline Icard 07/08/2019