Impulsions

Discussions sur les soins de santé et la technologie

Tous les articles

Les moteurs de croissance derrière les systèmes de bases de données multi-modèles

Moteurs de croissance des bases de données multi-modèlesEn 2014, le bureau d'étude Gartner a indiqué dans le rapport « Magic Quadrant for Operational Database Management Systems » qu'en 2017 la qualification « NoSQL » ne permettrait plus d'opérer une distinction entre des modèles de base de données. Et au rapport Gartner de conclure que « d'ici là, tous les fournisseurs offriront des systèmes de base de données qui regroupent les modèles NoSQL et relationnels en une seule et même plate-forme ».

Trois forces motrices

La prédiction que Gartner et d'autres émettent quant au futur des systèmes de bases de données repose sur la perception qu'il existe trois forces motrices qui « poussent » le marché des bases de données dans cette direction.

  • La première est le fait que les entreprises et les organisations veulent être en mesure d'utiliser de nombreux types de données, quelle que soit leur origine, être capable de les mélanger et de les analyser librement, mais aussi de les utiliser pour informer les processus opérationnels.
  • La deuxième force motrice est le souhait des entreprises et des organisations de stocker des données dans le cloud pour des raisons d'économie d'entreprise. Cela mène pour ainsi dire toujours à des situations où une partie des données est sauvegardée localement et une partie est conservée dans le cloud. Le traitement de données exige donc dans de telles situations un modèle de base de données flexible et distribué.
  • Le troisième moteur de la révolution en matière de base de données est l'énorme croissance de la quantité de données à traiter. En 2014, le bureau d'étude IDC a prédit dans le rapport « The Digital Universe of Opportunities » qu'en 2020, 44 milliards de gigabits de données seraient traités chaque année à travers le monde. Tous les deux ans, la quantité de données que nous produisons et traitons est doublée, indique IDC. Dès lors, les bases de données doivent pouvoir être mises à l'échelle rapidement, dûment et de manière flexible afin de traiter ces quantités croissantes de données.

Plate-forme de données : les exigences

En tant qu'organisation, il vous faut une plate-forme de données qui :

  • puisse traiter arbitrairement chaque type de données, quelle que soit leur origine ;
  • puisse travailler avec des systèmes locaux, des plates-formes cloud et toutes leurs variantes hybrides ;
  • puisse, le cas échéant, être rapidement mis à l'échelle vers des milliers de sites (« nœuds ») et être en mesure de traiter de grandes quantités de données ;
  • soit en mesure de traiter et analyser suffisamment rapidement tout type de données et de maintenir le niveau de prestation exigé si l'échelle du système croit ;
  • puisse effectuer quelque chose de manière autonome avec les données, afin de soutenir les gens dans leur prise de décisions par exemple, ou d'intégrer les résultats d'opérations dans des processus opérationnels ;
  • En plus des propriétés précitées, il doit également s'agit d'un système facile à utiliser, facile à gérer, fiable, sûr et disponible 24h/24 et 7j/7.

La base de données multi-modèles

Selon Philip Howard du bureau d'étude britannique Bloor Research International, une base de données multi-modèles est la seule manière valide de satisfaire aux exigences susmentionnées. Selon lui, il y a deux manières d'atteindre cet objectif. La première consiste à héberger plusieurs méthodes de stockage dans un seul système de base de données. Bien que cette technique puisse être une solution, cela revient, selon Philip Howard à injecter de la flexibilité dans un système qui à la base n'est pas flexible. C'est possible, mais cela nécessitera vraisemblablement beaucoup d'efforts, car il faudra éliminer ou contourner des obstacles techniques.

La deuxième manière consiste à élargir une base de données multi-modèles existante. Selon Philip Howard, les développeurs de ces systèmes de base de données bénéficient de bon nombre d'avantages. Même s'ils doivent encore faire des pieds et des mains pour satisfaire aux exigences de la future base de données multi-modèles. Ils s'appuient toutefois sur un système de base de données qui est en principe flexible et extensible, et en mesure de stocker, de parcourir et de traiter une grande variété de données. L'affirmation de certains fournisseurs de ces bases de données multi-modèles selon laquelle la base données du futur, la plate-forme de données, existe donc déjà, est plausible selon Philip Howard. Même si d'importants éléments, tels que le traitement de données distribué à grande échelle, doivent encore être élaborés et développés.

 

Rapport de 451 Research sur les bases de données multi-modèles

 

THÈMES: Big Data, Bases de données, NoSQL

David Majster
David Majster
David Majster a été directeur marketing chez InterSystems Benelux entre 2003 et 2018. Il a combiné son enthousiasme pour les technologies TI avec une approche pragmatique. David est connu pour son bon sens de l'humour et son ingéniosité. Après plus de 40 ans d'expérience au sein d'entreprises informatiques internationales en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France, il profite aujourd'hui d'une retraite bien méritée.

 


Laissez un commentaire

Vous aimerez peut-être:

Gartner Magic Quadrant 2018 : InterSystems reconnu comme Challenger dans la catégorie « Operational Database Management Systems  »

Cambridge, Mass – 26 octobre 2018 – InterSystems, l’un des leaders mondiaux des technologies de l'informa...
Adeline Icard 29/10/2018

[Communiqué de presse] InterSystems accompagne l’Hôpital Américain de Paris

Paris, le 13 juillet 2018 –InterSystems France, leader mondial en matière de logiciels pour un circuit de...
Adeline Icard 08/10/2018