Impulsions

Discussions sur les soins de santé et la technologie

Tous les articles

D’une stratégie analogique vers une stratégie digitale : changez vos idées reçues !

adult-aged-bench-1652340-1Tous ensemble, nous passons de l’ère analogique à l’ère numérique. Nous commandons un taxi via l'appli, ouvrons des portes à l'aide d’un code QR et sortons les trains de la circulation avant qu’ils ne tombent en panne. Cette évolution entraîne de nombreux changements stratégiques dans le monde des affaires. Bon nombre d’idées reçues qu’ont les responsables sur le marché, les concurrents et les clients ne sont plus correctes, surtout lorsqu’ils travaillent dans une entreprise créée lors de l’ère analogique. Il est donc grand temps de remplacer les anciennes idées par des nouvelles ! Mais que devons-nous adapter et quelle est l'alternative moderne ? Dans cet article, nous discuterons des 5 idées reçues les plus importantes.

Les 5 idées reçues principales 

Lorsqu’il s'agit de transformation numérique, nous avons souvent tendance à parler d’état d’esprit. L’importance de la technologie aussi est évidente, certes, mais le rôle des outils est souvent surestimé tandis que celui de la culture est sous-estimé. En fait, si vous ne savez pas pourquoi vous devez changer, il y a peu de chances que vous fassiez les bons choix en matière de modernisation. Prenons par exemple l’IA. Même si vous disposez de toutes les connaissances et technologies nécessaires pour mettre en place l’Intelligence artificielle, celles-ci vous seront peu utiles si vous n'avez pas de plan IA. À son tour, un tel plan IA ne sera créé que s’il offre une solution à l’un de vos défis d’affaires. Et c’est là qu’apparaissent les idées reçues ! Dans son livre Digital Transformation Playbook l’auteur David Rogers explique cinq idées reçues que les entreprises de l’ère analogique devraient adapter pour réussir dans l’ère numérique :

  1. Clients
  2. Concurrence
  3. Données
  4. Innovation
  5. Valeur

Pour chaque idée reçue, nous examinons l’ancienne et la nouvelle variante.

1. Clients

Analogique : durant l’ère analogique, les clients formaient un marché de masse. La communication allait de l’entreprise vers cette masse, mais ne revenait pas. Les entreprises étaient les principaux influenceurs et l’on faisait confiance aux vendeurs pour leurs connaissances et leur expérience. Le marketing servait surtout à convaincre.

Numérique : Les clients forment un réseau dynamique. La communication va dans les deux sens et ce sont les clients qui influencent et non les entreprises. En fait, les clients font de moins en moins confiance aux vendeurs et marketeurs. C’est pourquoi le marketing est un outil ambassadeur et de fidélisation qui sert à augmenter la vente de manière indirecte.

2. Concurrence

Analogique : durant l’ère analogique, la concurrence s’exerçait au sein d’une industrie particulière et les règles étaient donc claires pour toutes les parties. À côté de ça, il y avait une distinction claire entre les rivaux et les partenaires. L'avantage concurrentiel le plus important se situait dans l’entreprise et surtout dans des produits aux caractéristiques et avantages uniques.

Numérique : de nos jours, la concurrence ne tient presque plus compte des frontières sectorielles. La distinction entre concurrents et partenaires est de moins en moins claire. En même temps, de plus en plus de concurrents travaillent ensemble pour accélérer l’innovation. L'avantage concurrentiel ne provient plus uniquement de l’entreprise, mais aussi de l’extérieur, par exemple des réseaux. Les plateformes de données en ligne sont donc extrêmement populaires.

3. Données

Analogique : jusqu'il y a récemment, la collecte des données était un passe-temps assez coûteux. Le plus grand défi en matière de données était le stockage et la gestion des données, principalement en raison d'un manque de capacité de stockage et de connaissances. Les données structurelles prédominaient et étaient stockées dans des silos opérationnels. Les données étaient principalement considérées comme un outil permettant d’améliorer les processus.

Numérique : aujourd’hui, les données sont collectées en permanence et partout. Le plus grand défi en matière de données consiste à convertir de grandes quantités de données en des informations précieuses. Les données non structurées sont de plus en plus considérées comme utiles et précieuses et parfois même comme l’atout incorporel le plus important. Les données ne prennent toute leur valeur que lorsque des liens sont établis entre différents silos de données et qu’une image globale est créée.

4. Innovation

Analogique : durant l’ère analogique, les décisions étaient souvent prises sur la base de l’intuition et de l’ancienneté. La mise à l'essai des idées était coûteuse, complexe et les procédures d'essai étaient lentes. De ce fait, le peu d’expériences qui avaient lieu était exécuté par des experts. Le défi était de trouver la bonne solution. Il fallait à tout prix éviter l’échec et l'accent était sur le produit fini.

Numérique : aujourd’hui, les décisions sont prises sur base d’essais et de validation, car les tests sont beaucoup moins chers et peuvent être effectués plus rapidement et plus facilement. Les gens à l'intérieuret à l'extérieur des entreprises expérimentent constamment sur tout. Le défi n’est plus de trouver la bonne solution, mais bien de résoudre le bon problème. L’échec est rapide, bon marché et instructif. L'accent est mis sur le prototype minimum viable, qui fera l’objet d’une amélioration continue après son lancement.

5. Valeur

Analogique : dans l’ère analogique, la proposition de valeur des entreprises était déterminée par le secteur. Il s'agissait surtout de l’endroit et de l'instant présent : quelle valeur proposez-vous actuellement à vos clients et dans quelle mesure est-ce que ça leur plaît ? Les entreprises ont changé leur modèle d'affaires aussi souvent qu'elles le pouvaient, mais la stabilité était un bien plus précieux. Des changements n’étaient apportés que si la situation l’exigeait. La devise de l’ère analogique : « Celui qui réussit, a le droit d’être fier. »

Numérique : actuellement, la proposition de valeur des entreprises est déterminée par l'évolution des besoins des clients. Il s'agit de découvrir de nouvelles opportunités tout en restant à l’affût des souhaits et attentes des clients. Le changement doit avoir lieu avant que la situation l'exige et procure aux entreprises un avantage concurrentiel énorme. La devise de l’ère numérique : « Seuls les paranoïaques survivent ».

 

Reconnaissez-vous les différences entre les idées reçues à propos de l'ère analogique et l'ère numérique ? Qu’est-ce qui peut être amélioré dans votre entreprise ? Nous sommes curieux de lire vos commentaires...

… ou avez-vous déjà cet état d’esprit numérique et vous voulez réussir votre transformation ?
Téléchargez notre le livre blanc ci-dessous !

New call-to-action

Adeline Icard
Adeline Icard
Adeline Icard est la Marketing Manager d'InterSystems France.

 


Laissez un commentaire

Vous aimerez peut-être:

L’Intelligence artificielle au service de la Supply Chain: le dimensionnement des stocks de sécurité avant la prévision de la demande

À l’occasion de la huitième édition du salon Supply Chain Event qui se déroulera les 3 et 4 décembre 2019...
Adeline Icard 14/10/2019

Comment implémenter la maintenance prédictive ? [Feuille de route]

Dans notre blog précédent sur la maintenance prédictive, nous parlions surtout du « Pourquoi ». Mais où c...
Adeline Icard 04/09/2019

Soins personnalisés pour un groupe de population : c'est possible !

Fournir de bons soins à tout un groupe de la population : cela semble difficile à combiner avec des soins...
Adeline Icard 07/08/2019