COVID-19 : Défi relevé pour l’Hôpital Américain de Paris

05/08/2020

Read More

IMPULSIONS

La donnée au cœur de ce qui compte

Tous les articles

COVID-19 : Défi relevé pour l’Hôpital Américain de Paris

Au plus fort de la crise sanitaire, l’Hôpital Américain de Paris (HAP) a pu s’appuyer sur un système d’information moderne et fiable, un soutien bienvenu à la mobilisation sans faille des équipes hospitalières. Le point avec Mario Di Palma, directeur médical de l’HAP, et Hervé Rivière, son homologue chez InterSystems, éditeur du Dossier Patient Informatisé (DPI) TrakCare. 

propos recueillis par Joëlle Hayek, journaliste à Hospitalia. 

 

Capture d’écran 2020-07-31 à 16.06.59

 

Il y a moins d’un an, l’Hôpital Américain de Paris avait entièrement renouvelé son système d’information hospitalier (SIH), ce qui lui a permis de mieux faire face aux enjeux soulevés par l’épidémie. Pouvez-vous nous en parler ? 

Dr Mario Di Palma : Nous avions en effet retenu le DPI TrakCare, qui cochait à notre sens de nombreuses cases : technologie moderne, possibilités de paramétrage, ouverture vers l’extérieur, … Autant d’atouts qui ont été bien utiles dans le contexte de l’épidémie du Covid-19. Effectuée l’an der- nier, la bascule s’est bien passée grâce à la mobilisation de nos équipes et de celles d’InterSystems. Nous finalisons actuelle- ment le déploiement de certains modules de spécialité dans un objectif « zéro papier » à plus long terme. En réanimation, nous avons par exemple récemment numérisé les pancartes de surveillance, et sommes en mesure de récupérer les données physiologiques directement au sein du DPI. Ces modalités ont été très utiles dans le contexte du Covid-19, pour mieux suivre l’état des patients hospitalisés au sein de cette unité sensible. Nous avons, plus globalement, pu confirmer l’importance d’un SIH transversal, a fortiori en période de crise où la traçabilité des données et leur partage en temps réel entre l’ensemble des professionnels de santé sont essentiels.

 

Dr Hervé Rivière : Pour limiter les ruptures d’informations potentiellement délétères pour la qualité des soins, il est en effet indispensable de bénéficier d’une visibilité globale sur la prise en charge d’un patient. Ses données de santé doivent donc être centralisées au sein d’un seul et même système et être accessibles à l’en- semble des professionnels concernés, pour renforcer la coordination des soins. Il faut également qu’elles soient lisibles, afin de ne pas perturber le processus thérapeutique. C’est d’ailleurs justement pour guider la prise de décision que TrakCare propose des écrans communs recensant les données les plus pertinentes selon le profil de l’utilisateur. À cet affichage simplifié d’informations complexes et multimodales s’ajoute la possibilité d’accéder à des documents plus détaillés, en fonction des besoins de chacun.


Ainsi que vous l’avez évoqué, la crise sanitaire a réaffirmé la nécessité de disposer d’un système d’information qui tienne la route. Quels enseignements en tirez-vous ? 

Dr Mario Di Palma : En effet, et bien que les apports de l’informatique à l’hôpital ne soient plus à démontrer, l’épisode parti- culier que nous venons de vivre a mis en lumière l’importance d’un dossier informatisé unique. À l’instar d’une grande partie des professionnels de santé français, les équipes de l’HAP ont répondu au défi de cette épidémie que personne n’avait anticipé. Mais il leur fallait aussi, pour cela, pouvoir disposer rapidement d’informations claires et exhaustives, à même de faciliter le suivi pluridisciplinaire des patients. Dans la même optique, ils devaient pouvoir recueillir aisément de nouvelles données et les transmettre rapidement à l’ensemble de leurs inter- locuteurs, y compris à l’extérieur de l’hôpital. Ils devaient, enfin, pouvoir s’appuyer sur un système capable d’intégrer de nouvelles fonctionnalités pour répondre aux besoins émergeants. TrakCare nous a aidé à mieux faire face à la crise sanitaire. L’évolution de l’état clinique de chaque patient a ainsi pu être suivie au jour le jour, de manière collégiale, et tous les actes ont pu être tracés par les soignants. Ces données étaient naturelle- ment transmises, lorsque la situation l’exigeait, aux professionnels de ville.

 

Vous avez en outre pu rapidement bénéficier de fonctionnalités spécifiques liées au Covid-19. 

Dr Mario Di Palma : Nous avons pu aussi ainsi élargir la prescription informa- tisée aux tests PCR, intégrer un système d’icônes et un code couleur pour mieux identifier les patients suspects ou confirmés positifs, et prendre les mesures adéquates d’isolement. Sans oublier la possibilité de renseigner des notes ou observations, ce qui a contribué à améliorer la connaissance de cette maladie nouvelle dont la symptomatologie est extrêmement variée.

Dr Hervé Rivière : Ces fonctionnalités ont d’ailleurs évolué au fur et à mesure de la crise pour répondre aux demandes des utilisateurs. Il était ainsi également possible d’éditer des tableaux de bords en temps réel, pour comptabiliser les patients Covid+ pris en charge par services et avoir une visibilité globale de l’activité quotidienne de chaque unité. Il a suffi, pour cela, d’enrichir certains modules natifs : la structuration des données au sein du DPI permet en effet de les exploiter sous différents formats, en fonction des métiers et des objectifs attendus – clinique, pilotage, épidémiologie, etc.

 

Parallèlement à la prise en charge des patients Covid+, l’HAP a également maintenu une activité non Covid. Comment avez-vous procédé ? 

Dr Mario Di Palma : Il nous fallait, pour cela, pouvoir clairement différencier les circuits de prise en charge Covid/non- Covid, avec une identification dans notre DPI du statut de chaque patient pour que nos équipes puissent prendre les précautions nécessaires. En facilitant l’accès et la traçabilité des informations, notre SIH a donc été un élément facilitateur pour mettre en place de nouvelles organisations, qu’il s’agisse de ces circuits distincts ou, par exemple, du roulement des équipes en réanimation – l’exhaustivité des trans- missions étant en effet ici essentielle. TrakCare est également un outil pertinent à l’heure du déconfinement, où la trans- mission d’une information claire et lisible entre l’hôpital et la ville est tout aussi – sinon plus – capitale pour faciliter le travail des « brigades Covid » et prévenir un rebond de l’épidémie.

 

Source : Hospitalia#49, juin 2020. 

 

Pour en savoir plus :

Nouvelle fonctionnalité InterSystems  dans le DPI TrakCare 

 

Études de cas COVID-19

 

THÈMES: e-Santé, SIH, Covid-19, dpi, Hospitalia

Adeline Icard
Adeline Icard
Adeline Icard est la Marketing Manager d'InterSystems France.

 


Laissez un commentaire

Vous aimerez peut-être: