Impulsions

Discussions sur les soins de santé et la technologie

Tous les articles

7 étapes pour un dossier médical électronique complet

Dossier médical électroniqueLe dossier médical électronique (EMR Electronic Medical Record ou DPI Dossier Patient Informatisé / DMP Dossier Médical Personnel) apporte une énorme contribution à la qualité et à l'efficacité des soins médicaux. Le modèle CCMM de HIMSS Analytics aide les établissements médicaux à déterminer où ils en sont avec l'EMR et quelles étapes doivent encore être entreprises pour optimiser le dossier médical électronique.

Les avantages d'un ERM sont évidents : moins d'erreurs médicales, durée d'hospitalisation plus courte, moins de médications erronées et beaucoup moins de problèmes administratifs. Le dossier médical électronique fournit également des avantages au niveau du flux de travail des instances médicales et améliore souvent le taux de satisfaction des patients, de la famille des patients et du personnel médical.

Par ailleurs, d'importants investissements au niveau de l'infrastructure informatique et des logiciels sont nécessaires pour amener l'EMR à un niveau suffisant pour pouvoir bénéficier de ces avantages. Si les instances médicales sont déjà convaincues de l'utilité de ces investissements, le manque d'informations sur le trajet à parcourir et le moment du retour sur investissement constitue un seuil possible pour passer à l'action.

Un outil puissant

HIMSS Analytics a pour ces raisons lancé au début de 2014 le Continuity of Care Maturity Model (CCMM, Modèle de maturité de continuité des soins) lors de la conférence annuelle de HIMSS. Le CCMM souligne l'importance de l'échange d'informations, de la coordination des soins, de l'intégration des systèmes, de l'implication des patients et de l'analyse. Pour toutes ces raisons, le modèle a directement reçu le soutien d'InterSystems.

Le modèle est axé sur l'Electronic Medical Record Adoption Model (EMRAM, Modèle d'adoption du dossier médical électronique). Ce modèle distingue 8 phases dans lesquelles les instances médicales peuvent se trouver, de la phase 0 (pratiquement aucune application informatique médicale) à la phase 7 (applications informatiques médicales entièrement intégrées). Le CCMM constitue un outil d'analyse permettant de déterminer dans laquelle de ces phases se trouve une instance médicale. Le CCMM est donc un outil puissant pour les instances médicales qui souhaitent réaliser un dossier médical entièrement électronique.

Les sept phases de l'EMRAM

Le modèle distingue 8 phases, où la phase 0 est une situation où pratiquement aucun système d'informations médicales n'est utilisé. Il existe des systèmes pour l'enregistrement des patients et la gestion générale. Les informations contenues dans ces systèmes n'ont que peu ou pas de valeur médicale. Dans les sept étapes qui suivent, les systèmes reçoivent de plus en plus d'informations médicales et l'échange et l'intégration avec des systèmes internes et externes vont de plus en plus loin.

Phase 1

Il est question ici de stockage électronique et d'échange d'informations sur les diagnostics et la médication. Cela concerne des systèmes permettant de récupérer des informations à distance et de réaliser des rapports sur des résultats. La téléradiologie en est un exemple.

Phase 2

Les organisations dans cette phase disposent d'une base de données d'informations médicales orientées patient optimisées, ou dossier électronique. Elles utilisent des systèmes pour un accès externe à ces informations et pour l'échange d'informations sur les patients (HIE) sous la forme d'un résumé médical.

Phase 3

Les instances utilisent dans cette phase de la documentation optimisée sur la prise de décision médicale et sur les soins infirmiers. Il s'agit par exemple de systèmes qui, dans le dossier de médication électronique (eMAR), comparent les médicaments prescrits avec les médicaments qui auraient dû être prescrits. L'on rencontre dans cette phase les premières améliorations visibles dans la qualité des soins.

Phase 4

Il est question dans cette phase d'un système automatisé pour la commande de médicaments par les médecins, avec une aide à la prise de décisions médicales, mais aussi de systèmes pour délivrer des prescriptions électroniques de médicaments à des pharmacies externes. L'efficacité des soins augmente dans cette phase et le nombre d'erreurs médicales diminue.

Phase 5

Le film est remplacé dans cette phase par une gestion numérique des images à 100%. Ce système d'archivage et d'échange d'images numériques (PACS) est également ouvert aux médecins (externes) travaillant ailleurs. L'échange d'images empêche le double stockage de ces images.

Phase 6

Dans le cadre de cette phase, les organismes médicaux disposent d'informations sur les médecins structurées pour des protocoles de traitement médical automatisés (CDSS & CLMA). Les informations médicales sont échangées numériquement de manière standard. Le nombre d'erreurs médicales diminue encore dans cette phase, la sécurité des patients augmente et la documentation et l'échange d'informations papier disparaissent, tout comme pratiquement tous les coûts qui y sont liés.

Phase 7

Il est question dans cette phase d'un environnement médical entièrement numérique. Cette phase conduit à l'intégration interne complète des données médicales et à l'échange d'informations médicales (HIE), pour par exemple élaborer des programmes de traitement pour des groupes de patients souffrant de maladies chroniques. La qualité des soins et la sécurité des patients augmentent fortement à ce stade. Il en va de même de l'efficacité de la gestion opérationnelle et professionnelle des instances médicales.

InterSystems présent aux réunions de HIMSS

Les organisations médicales qui se trouvent dans la phase 6, sont déjà très proches de l'idéal « zéro papier » de la phase 7. Pour effectuer ce dernier pas, des systèmes sont nécessaires pour pouvoir guider facilement les données dans toutes les formes de bases de données et les infrastructures informatiques sans perte d'informations. InterSystems construit depuis plusieurs décennies déjà de tels systèmes et se révèle donc être un partenaire parfaitement adapté pour le passage de la phase 6 à la phase 7. Voilà notamment la raison de la présence d'InterSystems en 2016 à deux importantes rencontres de HIMSS.

Livre blanc

Vous souhaitez en savoir plus sur l'interopérabilité stratégique en Europe ? Téléchargez le livre blanc ci-dessous auprès de HIMSS :

Intéropérabilité Stratégique HIMSS Report

THÈMES: e-Santé, Dossier Patient Informatisé, Interopérabilité

David Majster
David Majster
David Majster a été directeur marketing chez InterSystems Benelux entre 2003 et 2018. Il a combiné son enthousiasme pour les technologies TI avec une approche pragmatique. David est connu pour son bon sens de l'humour et son ingéniosité. Après plus de 40 ans d'expérience au sein d'entreprises informatiques internationales en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France, il profite aujourd'hui d'une retraite bien méritée.

 


Laissez un commentaire

Vous aimerez peut-être:

Gartner Magic Quadrant 2018 : InterSystems reconnu comme Challenger dans la catégorie « Operational Database Management Systems  »

Cambridge, Mass – 26 octobre 2018 – InterSystems, l’un des leaders mondiaux des technologies de l'informa...
Adeline Icard 29/10/2018

[Communiqué de presse] InterSystems accompagne l’Hôpital Américain de Paris

Paris, le 13 juillet 2018 –InterSystems France, leader mondial en matière de logiciels pour un circuit de...
Adeline Icard 08/10/2018