Blog

L'interopérabilité dans le secteur de la logistique : le chaînon manquant ?

Auteur David Majster , 18/07/17 08:01

Intéropérabilité dans le secteur logistique: Chauffeur en livraisonNous connaissions déjà l'importance de l'innovation dans les soins de santé. La raison en est que des vies humaines sont en jeu. Or, nous observons le passage à des solutions IT meilleures et plus intelligentes dans d'autres secteurs également. Le secteur de la logistique est un bel exemple. Les chaînes de supermarchés et les sociétés de transport utilisent de plus en plus souvent des outils d'intégration intelligents pour traiter leurs stocks, leurs commandes et leurs transactions. Vous travaillez dans le secteur de la logistique et vous recherchez des manières de gérer plus intelligemment les flux d'informations ? Nous abordons les possibilités qui s'offrent à vous sur ce blog.

 

Le principe de l'interopérabilité

Qui dit secteur logistique, dit communication. Les marchandises doivent être transportées d'un point A à un point B en passant par un point C, et être traitées et emballées en cours de route. Ainsi, pour un simple produit, de nombreuses sociétés sont souvent impliquées, utilisant chacune leur propre système. Tous ces différents systèmes de données devront communiquer les uns avec les autres, d'une manière ou d'une autre, pour échanger des données. Ce n'est pas une affaire facile. Heureusement, le principe de l'interopérabilité a débarqué dans le secteur de la logistique et du transport. À cet égard, le département IT permet aux systèmes de communiquer entre eux, même s'ils ne parlent pas la même langue. Par conséquent, les mêmes informations peuvent être partagées, consultées et traitées en différents endroits.

 

Économies

En établissant un lien entre les systèmes et en échangeant des données, les entreprises réalisent des économies sensibles qui peuvent atteindre des millions. En effet, plus vous avez d'informations, mieux vous pouvez harmoniser vos activités, comme en témoigne la chaîne de supermarchés Jan Linders. Forte de 60 établissements, cette société limbourgeoise devait structurer ses informations quotidiennement. Depuis l'implémentation du Enterprise Service Bus, la situation s'est nettement améliorée. Grâce au ESB, les différentes applications comme le système des caisses, le système de gestion des magasins et l'entrepôt de données sont interconnectés. Ainsi, les livraisons se font en temps opportun, dans les bonnes quantités, afin d'éviter les rayons vides. De plus, le ESB permet à Jan Linders de collecter des données sur le nombre de produits vendus. La chaîne de supermarchés réutilise ces informations pour adapter l'assortiment aux clients.

 

L'autoroute des données

Bien que l'échange de données entre les systèmes présente de nombreux avantages, l'interconnexion des applications n'est pas sans danger. Dans le pire des cas, les systèmes deviennent dépendants les uns des autres pour s'effondrer comme un château de cartes en cas d'erreur dans l'un d'entre eux. C'est pourquoi l'interopérabilité ne signifie pas l'interconnexion étroite des systèmes, mais bien le découplage de ceux-ci. Par conséquent, seules les composantes nécessaires à la communication sont traduites et les systèmes continuent d'opérer de manière indépendante. Les données sont ainsi interceptées via une autoroute virtuelle, converties en informations utilisables et transmises. Ainsi, toutes les applications internes sont liées les unes aux autres tout en restant néanmoins autonomes. Par ailleurs, ce découplage permet à l'infrastructure des données de résister à l'épreuve du temps. Les anciens systèmes peuvent être facilement découplés et les nouveaux rapidement connectés.

 

La logistique et l'Internet des Objets

Outre une communication meilleure et plus efficace, un échange structuré de données (p. ex. sous la forme d'un ESB) est avantageux à d'autres niveaux. Maintenant que le succès de l'Internet des Objets est une réalité, des millions d'appareils sont connectés partout à Internet via des capteurs. Dans le secteur des soins de santé, de nombreuses expériences sont menées avec des appareils de mesure du taux de glucose et des capteurs de mouvement intelligents qui offrent davantage de liberté de mouvement aux malades et aux personnes âgées, qui ne doivent pas renoncer à leur mobilité. Le secteur logistique peut recourir exactement à la même technique, sur la route par exemple. Si les poids lourds sont suivis en temps réel, il est possible de prévoir à la minute près à quelle heure ils arrivent. Le même principe s'implique au remplissage des rayons vides sans devoir faire des commandes trop volumineuses. Quant aux clients, ils peuvent être reconnus sur la base de leur téléphone et recevoir leurs offres personnelles.

 

Qui dit A...

Ce qui précède n'est qu'un échantillon des multiples possibilités. Nous avons répondu d'emblée à la question de savoir si l'interopérabilité était le chaînon manquant dans le secteur de la logistique. Au vu du nombre croissant de sources de données dans lesquelles nous puisons aujourd'hui, nous devrons associer toutes les terminaisons intelligemment. À cet effet, nous avons besoin d'un logiciel qui dit B si A se produit quelque part.

Vous souhaitez en savoir plus sur la manière dont l'interopérabilité peut faire une différence pour votre entreprise ? Téléchargez notre livre blanc ci-dessous et lisez comment vous sélectionnez un ESB.

 

10 questions pour choisir un ESB

Thèmes: Interopérabilité, Logistique, Supply Chain


Laissez un commentaire:


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...